Proteus Biomedical : la technologie intégrée aux médicaments

Image provenant de http://memsjournal.typepad.com/

Des marqueurs-témoin ingérable (IEM) intégrés à des médicaments

 SANTÉ + COMMUNICATION + TECHNOLOGIES = mHealth (Santé mobile)

Considérant qu’il y a actuellement plus de 4 milliards de cellulaires sur notre planète et, qu’aux États-Unis seulement, il y a plus de 50 millions de personnes impliquées dans les soins familiaux, de nouveaux outils apparaissent pour améliorer le suivi et la prestation des soins.

Une compagnie en démarrage de la «Silicon Valley» aux États-Unis a développé un système pour faire le suivi des médicaments pris et analyser leur influence sur la santé des patients…

Image provenant de http://www.proteusbiomed.com/

Le système «Raisin» de la compagnie Proteus Biomedical Inc.

La compagnie, Proteus Biomedical Inc. située à Redwood City en Californie, a développé le système «Raisin» en réponse à un problème majeure de santé : selon George Savage, cofondateur de Proteus et auparavant médecin spécialiste en médecine d’urgence, 40% des réadmissions hospitalières faisant suite à un problème cardiaque ont pour cause des médicaments qui n’ont pas été pris selon l’ordonnance médicale. Et lorsque pris adéquatement, la dose médicale peut ne pas convenir adéquatement à un patient puisque les dosages sont établis lors d’essais cliniques auprès d’un grand nombre d’usagers.

Image provenant de http://www.memsindustrygroup.org/

Les composantes du système «Raisin» de la compagnie Proteus Biomedical inc.

Dans le système «Raisin», tous les médicaments ont un marqueur-témoin ingérable (IEM) personnalisé de la grosseur d’un grain de sable. En avalant la pilule, la batterie du marqueur IEM s’active au contact de l’eau contenu dans le corps. Cette batterie est faite de matière similaire aux comprimés de vitamine, donc non toxique. En s’activant, le marqueur IEM émet par les tissus du corps, un courant électrique à haute fréquence correspondant au médicament pris : un marqueur unique pour ce médicament. À noter qu’il ne s’agit pas d’une technologie RFID : ce sont les tissus du corps (et non un émetteur radio) qui conduisent le signal du marqueur IEM dans le corps du patient.

Image provenant de http://medtechinsider.com/Un receveur ressemblant à une sorte de pansement appliqué sur la poitrine ou le ventre du patient enregistre le signal électrique émis. Ce receveur est aussi muni de capteurs pour faire le suivi de paramètres physiologiques du patient : le rythme cardiaque, la respiration et les mouvements corporels.

Le receveur peut aussi être inséré sous la peau du patient.

Image provenant de http://proteusbiomed.com/

La technologie «Chipskin» développée comme implant sous-cutané

Le rythme cardiaque est déterminé en mesurant l’activité électrique du corps, la respiration, en détectant les changements d’impédance électrique des électrodes lorsque la poitrine se gonfle et se contracte. L’activité quant à elle est mesurée par un accéléromètre miniature (comme dans les cellulaires intelligents). En combinant les données recueillies, le système peut mesurer les paramètres associés au sommeil.

Les données  cumulées par le receveur sont ensuite transmises à un serveur par l’entremise d’un cellulaire et permettront à une personne responsable des soins de faire le suivi médical.

Sécurité des données

La sécurité des données devient un facteur important dans ce type de technologies : selon George Savage, les données transmises par le marqueur IEM ne peuvent pas être subtilisées parce qu’elles sont transmises électriquement par les tissus du corps et non par par une onde radio. Les données transmises du receveur au serveur via le système cellulaire sont protégées.

Par contact direct de la peau, le marqueur IEM d’un patient ne pourra pas activer le receveur d’un autre patient en contact physique avec celui-ci, la conductivité électrique de la peau d’une personne à la peau d’une autre est trop faible pour permettre ce type d’échange de données.

Autres technologies

Image provenant de http://cdn.medgadget.com/Le professeur Maysam Ghovanloo du «Georgia Tech’s School of Electrical and Computer Engineering», Georgia Institute of Technology aux États-Unis travaille avec une équipe de recherche au développement d’un collier muni de capteurs magnétiques appelé «MagneTrace System», une approche semblable au système «Raisin» de la compagnie Proteus.

Références

Technology Review           Brevet obtenu (1, 2)

Une réflexion sur “Proteus Biomedical : la technologie intégrée aux médicaments

  1. Pingback: Proteus Biomedical : la technologie intégrée aux médicaments | Génie biomédical clinique | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s