Une queue à un robot pour qu’il retombe en équilibre… comme un lézard

Image provenant de http://blogs.discovermagazine.com/

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi pouvait bien servir la queue de plusieurs animaux? Certains singes s’en servent comme d’un cinquième membre pour se pendre aux branches des arbres, comme ce singe araignée. D’autres animaux, comme le suggérait John Ostrom, paléontologiste américain du musée d’histoire naturel Peabody de l’Université Yale aux États-Unis, dans un bulletin publié en 1969 (PDF), se servent de leur queue comme d’un stabilisateur actif leur permettant par exemple de retomber sur leurs pattes lorsqu’ils sautent ou font une chute. Les dinosaures à leur époque, s’en servaient pour maintenir leur équilibre en courant, (et en sautant) comme illustré ci-dessous par le dinosaure «Deinonychus antirrhopus» étudié par Ostrom.

Un «Deinonychus antirrhopus» se servant de sa queue pour maintenir sa stabilité en mouvement.

 Une équipe de chercheurs travaillant avec le biologiste Robert Full de l’Université Berkeley en Californie, États-Unis, a démontré par biomimétisme que cette queue pourrait être très utile à des robots pour maintenir leur équilibre lorsqu’ils se déplacent et doivent sauter sur un sol inégal…

Les chercheurs de l’Université Berkeley ont ajouté une queue mécanisée à un robot qu’ils ont appelé «Tailbot». Ils ont réussi à corriger et stabiliser l’angle d’atterrissage du robot à l’aide de capteurs permettant de déplacer la queue mécanisée lors d’un saut comme le lézard Agama fait.

Image provenant de http://www.nature.com/

Analyse angulaire démontrant qu'il est possible pour un robot de stabiliser sa chute à l'aide d'une queue mécanisée.

Une seconde vidéo démontrant des expérimentations réalisées par Chang-Siu, un chercheur à l’Université de Berkeley du « Mechanical Systems Control Laboratory », dirigé par le professeur Masayoshi Tomizuka, et Libby, du « Center for Interdisciplinary Biological Inspiration in Education and Research » (CiBER), réalisées avec le robot «Tailbot ».

Les chercheurs ont publié les résultats de leur recherche dans un article publié dans la revue scientifique «Nature» le 4 janvier 2012. (HTML, PDF et PDF interactif)

Image provenant de http://www.berkeley.edu/

Une queue arrière, ça pourrait parfois être utile à l’homme dans certaine situation…

Image provenant de http://www.brooklynvegan.com/

RÉFÉRENCES

Newscenter Berkeley          Berkeley edu      IEEE Spectrum

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s