Comment le Sahel reverdit.

M. Sawadogo, qui ne sait ni lire, ni écrire, n’en est pas moins un pionnier en matière d’agroforesterie.  Il a adapté une technique utilisée depuis des siècles, le zaï, qui consiste à creuser des « poquets » autrement dit des trous peu profonds concentrant les rares pluies vers les racines des cultures. Il a augmenté leurs dimensions et y a ajouté du fumier durant la saison sèche. Des graines d’arbres contenues dans le fumier ont permis de faire pousser des pousses d’arbres au milieu de ses cultures. Les arbres ont contribué à accroître le rendement des cultures tout en fertilisant le sol. Cette méthode porte le nom de « régénération naturelle assistée » (RNA).

RÉFÉRENCES

http://www.monde-diplomatique.fr/2010/08/HERTSGAARD/19540

http://www.fidafrique.net/article1249.html

http://www.frameweb.org/adl/fr-CA/2802/file/4/FRAME.pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s