La feuille synthétique du MIT produit de l’énergie !

Image provenant de http://web.mit.edu/

Le 29 mars dernier, nous vous annoncions, dans un article publié sur ce site (etsinnovation.wordpress.com) qu’une équipe du MIT aux États-Unis dirigé par Daniel Nocera avait conçu la la première feuille synthétique reproduisant le processus de photosynthèse. Les travaux de recherche ont, depuis cette date, continuer, permettant de présenter cette toute dernière feuille synthétique dans un document de recherche du journal Science, aujourd’hui le 30 septembre 2011.

Image provenant de http://img.mit.edu/Cette feuille synthétique est une cellule solaire faite d’une mince feuille de silicium semiconducteur et de différents matériaux catalytiques appliqués des deux cotés de cette feuille de silicone. Ces matériaux, principalement du silicone, cobalt et nickel abondent sur la terre : ils permettent de penser que cette technologie ne sera pas trop dispendieuse, comme le souhaite les chercheurs.

Nocera et son équipe avaient découvert en 2008 qu’un catalyseur à base de cobalt permettait de produire de l’oxygène comme les feuilles naturelles le font. De l’autre côté de la feuille de silicone, une mince pellicule d’un alliage de nickel-molybdenum-zinc est appliquée, permettant de produire de l’hydrogène des molécules d’eau.

Placée dans un bocal d’eau ordinaire et exposée à la lumière, elle génère rapidement des bulles d’oxygène d’un côté, et des bulles d’hydrogène de l’autre, et ce, sans aucun circuit de contrôle ni filage.

Du point de vue rendement, la feuille synthétique sans fil convertit 2,5% de l’énergie solaire pour la production d’hydrogène. Avec filage, l’efficacité monte à 4,7% (les cellules photovoltaïques commerciales ont une efficacité supérieure à 10%).

L’équipe de Nocera travaille actuellement à accroître l’efficience de cette feuille synthétique tout en cherchant à réduire les coûts de production. En utilisant des matériaux abondants et peu coûteux, le chercheur Nocera espère toujours développer un système qui pourrait alimenter une maison en énergie dans les pays en développement en n’utilisant que 4 litres d’eau par jour. Sa compagnie, Sun Catalytix située à Cambridge, Massachusetts, USA, commercialisera les systèmes et les technologies découlant de ses recherches.

Référence

MIT

3 réflexions au sujet de « La feuille synthétique du MIT produit de l’énergie ! »

  1. Mise à part le rendement, encore relativement faible, c’est tout de même le premier exemple d’un système de photosynthèse arificiel. Bravo
    Poutant:
    Une erreur de traduction un peu gênante: silicon (anglais)=silicium(français), les silicones étant des composés où le carbone a été remplace (partiellement, des fois) par du silicium…
    peomeyer

  2. Ping : Hausse du pétrole : pourvu que ça dure ! | Fan de Biomimétisme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s