Graphene : bientôt produit de façon industriel?

Produire du graphène industriellement est très complexe compte tenu des méthodes de production actuelles. Il peut être produit essentiellement de deux manières : par extraction mécanique du graphite (graphène exfolié) dont la technique a été mise au point en 2004, ou par chauffage d’un cristal de carbure de silicium, qui permet la libération des atomes de silicium (graphène epitaxié). Pour que le graphène se forme, il faut des températures très élevées (1000 degrés C).

Des chercheurs de l’université de Cambridge ont trouvé une façon de produire le graphène à des températures plus basses…

                                                                                                                                                                                                                                                Selon Wikipédia, «Le graphène est un cristal bidimensionnel (monoplan) de carbone dont l’empilement constitue le graphite. Il fut isolé en 2004 par Andre Geim, du département de physique de l’université de Manchester, qui a reçu pour cette découverte le prix Nobel de physique en 2010 avec Konstantin Novoselov.» Le graphène est considéré comme étant le matériau miracle du 21ème siècle. Il est très solide, transparent et a un haut niveau de conduction. Il peut servir à produire des composantes électroniques flexibles résistantes à l’usure, des composantes légères pour les avions, la machinerie, les articles de sport, etc.

Les chercheurs dirigés par Robert Weatherup et Bernhard Bayer du «Hofmann research group» ont ajouté une petite quantié d’or (moins de 1%) à la surface d’un film de nickel sur lequel le graphène s’est développé. Ils ont pu développer du graphène à 450 degrés C de cette façon, en produisant du graphène avec plusieurs joints, mais d’aussi bonne qualité.

Ils ont publié les résultats de leur recherche dans le journal scientifique «Nano-letters» (PDF) le 9 septembre 2011.

Plusieurs équipes de recherche à travers le monde cherchent aussi à produire du graphène à basse température. Par exemple, des chercheurs provenant des universités de Cornell et Oxford, en Angleterre, du «Technische Universität Dresden» en Allemagne et du «National University of Tainan» en Chine ont indiqué dans un article scientifique soumis le 2 mars 2011, avoir produit du graphène à 325 degrés C par déposition de vapeur chimique par laquelle du graphène est produit sur un oxyde de magnésium.

La compagnie Fujitsu a annoncé le 27 novembre 2009  que ses chercheurs ont réussi à produire du graphène à 650 degrés C directement sur un substrat isolé par un processus de déposition par vapeur.

Références

Cambridge                   Physorg.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s