3D printing: un violon Stradivarius fonctionnel

Fabriquer une réplique fonctionnelle d’un violon Stradivarius à l’aide d’une imprimante 3D…. Bien sûr, il est fait de plastique… et non de bois comme l’original. Et vous avez bien raison, il n’a pas tout à fait la même sonorité. Mais là n’est pas le point : ce projet réalisé par la compagnie allemande EOS démontre encore un peu plus que ce processus manufacturier additif (additive manufacturing) pourrait changer radicalement la façon de produire des produits au 21ème siècle…

Au 19ème et 20ème siècle, vous vouliez une copie abordable d’un Stradivarius, vous aviez essentiellement 2 choix :

  1. Vous vous trouvez un luthier de talent et vous lui demandez de vous fabriquer une reproduction d’un Stradivarius. Pour pouvoir reproduire un modèle de ce violon, le luthier fabrique des moules et des modèles : pour le contour de la table, pour les ouïes, pour l’épaisseur de la voûte, pour la tête. La table et le fond sont formés ; le plus souvent la table est constituée de deux pièces afin d’assurer une symétrie des largeurs des fibres de part et d’autre de l’axe central pour des raisons de sonorité, tandis que le fond peut être d’une ou de deux pièces selon le choix arbitraire du luthier. Non, ce n’est définitivement pas économique…
  2. Vous approchez une compagnie et insistez pour obtenir une reproduction économique d’un violon Stradivarius : il pourra en produire une version économique qu’il vous faudra acheter en 10 000 copies puisque, pour être économique, il fabriquera l’outillage de production qui ne pourra être rentabilisé qu’avec une production de masse.

Au 21ème siècle, vous pourrez trouvez une copie numérique des plans d’un violon Stradivarius. Vous auriez le loisir de faire quelques modifications au besoin (couleur, dimensions), mais bon, c’est un Stradivarius! Vous appuierez sur «Imprimer»: une imprimante 3D s’activera dans le coin d’une pièce, déposant de fines et multiples couches d’un matériau comme du plastique, ou déposera de la poussière d’un matériau de plastique ou métal qu’elle solidifiera avec un additif ou un laser. Et vous pourrez imprimer d’autres pièces comme vous voudrez : une pièce pour votre voiture, un lampe, une horloge, etc. Il suffira d’avoir le plan et l’imprimante 3D. Vous ne serez pas dans une entreprise… vous imprimerez ce que vous aurez besoin de chez vous! Et de plus en plus de matériaux s’utilise pour l’impression 3D dans des formats petits et très grands!

Vous prenez conscience de la révolution en cours ?

Références

The Economist               Wired.UK

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s