Détecteur d’explosif : un capteur économique sans fil imprimé par jet d’encre

Les chercheurs du «Georgia Tech Research Institute» (GTRI) de l’université «Georgia Institute of Technology» ont développé un capteur sans fil (wireless sensor) capable de détecter des traces d’ammoniaque (jusqu’à 5 parties par million), élément composant la majorité des explosifs. L’innovation : ils impriment le capteur et l’antenne avec une imprimante à jet d’encre sans nécessiter de salles blanches!

Le professeur Manos Tentzeris (à gauche) du « GT School of Elect. and Computer Eng. et le doctorant Rushi Vyas à l’impression de capteurs, circuits et antennes à l’aide d’une imprimante à jet d’encre.

L’impression des composantes peut se faire à l’aide d’une imprimante à jet d’encre à basse température (environ 100 degrés Celsius) en employant une encre composée de nanoparticules argentées (silvered nanoparticles). Pour que l’encre atteigne le niveau d’homogénéité et  de viscosité requise, un processus de «sonication» permet, à l’aide de sons, d’agiter les particules adéquatement. Ce processus produit une encre uniforme à base d’eau pouvant imprimée sur le même substrat les composantes et l’antenne, formant un capteur compact.

Il est possible d’utiliser du papier photographique, du plastique (comme le polyéthylène téréphthalate) permettant de concevoir des capteurs hydrofuges, ou utiliser un polymère à cristaux liquides (LCP), matériau connu pour sa robustesse et sa résistance aux intempéries.

Le capteur sans fil nécessite peu d’énergie. Il peut fonctionner avec des batteries à film mince, des cellules solaires ou des systèmes de collecte d’énergie. Les chercheurs travaillent actuellement au développement d’un capteur passif ne nécessitant pas d’énergie (comme les capteurs RFID).

La sensibilité du capteur conçu permet de détecter des explosifs à une distance sécuritaire. Il envoie un signal d’alerte au personnel en place lorsqu’il détecte des traces d’ammoniaque. Il pourra servir au personnel militaire et humanitaire en territoire dangereux. Puisqu’il sera produit à faibles coûts, il sera possible d’en déployer une grande quantité sur les véhicules et les robots.

Référence

Georgia Tech

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s