Li-Fi, la lumière libre pour communiquer

Image provenant de http://www.naka-lab.jp/

Un système de communication sous-marin pour plongeurs développé par la compagnie Nakagawa Laboratories inc. du Japon.

L’œil humain est un organe complexe et fascinant que les scientifiques n’arrivent pas encore à reproduire. Et pourtant, il a des limites bien concrètes. Prenons par exemple la vitesse de traitement des images : au-delà de 10 à 12 images par seconde, l’œil n’arrive plus à voir les images séparément et une illusion de continuité est créée, phénomène qui nous permet d’apprécier les films et vidéos composés de 24 images par seconde et plus. Le même phénomène nous permet aussi de voir la lumière d’une lampe comme si elle n’oscillait pas, même si en réalité elle oscille, entre lumière et noirceur.

Image provenant de http://upload.wikimedia.org/

Illustration d'une fontaine de lumière de Daniel Colladon en 1884.

Des chercheurs de plusieurs universités et laboratoires de par le monde ont compris qu’il était possible de transmettre des données numériques en utilisant cette source, la lumière correspondant à «1» en code binaire et l’absence de lumière, à «0». Bien que le principe de transmissions de données par fibres optiques ait été découvert par Daniel Colladon et Jacques Babinet à Paris vers 1840, l’usage de la lumière «libre» (non confinée dans une fibre optique) comme mode de transmission de données numériques présente de nombreuses avenues de recherche et de développement. Cette technologie appelée VLC (pour Visible Light Communication) ou Li-Fi encore en évolution, nous laisse aujourd’hui entrevoir tout le potentiel qu’elle contient…

Lire la suite

Publicités

Hiriko le petit CityCar : remède à nos maux urbains?

Image provenant de http://news.discovery.com/

Le véhicule Hiriko présenté par les dirigeants de l'union européenne

Les grandes cités urbaines sont congestionnées par le circulation routière de nombreuses heures par jour, et bien souvent, 7 jours par semaine. Les places de stationnement manquent. L’air devient de plus en plus pollué. Le transport en commun ne suffit plus à la tâche. Le nombre de véhicules en circulation augmente constamment. Ce portrait doit vous sembler bien local : en réalité, il est pratiquement le même partout. Les solutions innovatrices ne pleuvent pas. Et pourtant…

Lire la suite

MIT : le «goût» des mathématiques

Vous ne le saviez probablement pas, mais la conception d’arômes qui donne la saveur aux aliments préparés et boissons, l’odeur aux produits de nettoyage, le parfum aux eaux de toilette et autres produits maison, représente une industrie de plusieurs milliards d’Euros. Les compagnies qui conçoivent ces arômes dépensent plusieurs millions d’Euros en R&D, dépenses incluant l’évaluation de ces arômes auprès des consommateurs.

Lire la suite

GymPact: un motivateur financier à faire de l’exercice

Image provenant de http://ideasspotter.com/

Encore une résolution prise cette année de faire de l’exercice physique pour vous maintenir en forme et perdre du poids? Encore une résolution que vous n’allez pas tenir?

Image provenant de http://fitmamaeats.squarespace.com/storage/

Mais que pourriez-vous faire cette fois-ci pour tenir cette résolution qui vous tient pourtant à cœur dont votre corps a grandement besoin? Des diplômés de l’université Harvard ont développé une application pour téléphone intelligent qui pourrait bien vous aider à réaliser cette mainte fois prise résolution pour de bon : GymPact, un contrat que vous prenez pour lequel vous vous engagez à un programme d’activités physiques sur une application mobile qui vous pénalise financièrement (sur votre carte de crédit) si vous ne le respectez pas, mais qui vous  récompense financièrement si vous le suivez. Du conditionnement physique renforcé économiquement!!

Lire la suite

Babyloid : un bébé robot pour réduire les symptômes de dépression…

Image provenant de http://thefabweb.com/

Le robot «Babyloid» et son concepteur, le professeur Masayoshi Kanoh.

Image provenant de http://www.chinadaily.com.cn/

Le robot Paro

Image provenant de http://27.media.tumblr.com

Un Tamagotchi

Voici un nouveau robot thérapeutique conçu pour les personnes âgées. Son rôle : réduire les symptômes de dépression en leur tenant compagnie. Comment? En simulant les réactions d’un bébé qui a besoin qu’on prenne soin de lui. C’est comme un mélange de «Tamagotchi »,  un  animal de compagnie virtuel dont les enfants devaient prendre soin (mis en marché par la compagnie Bandai en 1997) et le robot thérapeutique «Paro», un bébé phoque conçu par la compagnie AIST pour tenir compagnie aux personnes âgées. La question : est-ce que ce type de robots peut vraiment diminuer les risques de dépression ?

Lire la suite

Redonner la vue à une personne aveugle…

Image provenant de http://www.inc.com/

Les lunettes du système Argus II Retinal Prosthesis de la compagnie Second Sight.

Pour une personne qui perd la vue complètement, qui ne «voit» que du noir, apercevoir de la lumière, c’est déjà beaucoup. Apercevoir des formes, même si elles ne sont pas claires, c’est un grand pas de plus. C’est ce que peut actuellement procurer les systèmes de vision de la compagnie Second Sight, située en Californie, États-Unis à des personnes devenues aveugles suite à deux types précis de maladies de la vue…

Lire la suite

Une queue à un robot pour qu’il retombe en équilibre… comme un lézard

Image provenant de http://blogs.discovermagazine.com/

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi pouvait bien servir la queue de plusieurs animaux? Certains singes s’en servent comme d’un cinquième membre pour se pendre aux branches des arbres, comme ce singe araignée. D’autres animaux, comme le suggérait John Ostrom, paléontologiste américain du musée d’histoire naturel Peabody de l’Université Yale aux États-Unis, dans un bulletin publié en 1969 (PDF), se servent de leur queue comme d’un stabilisateur actif leur permettant par exemple de retomber sur leurs pattes lorsqu’ils sautent ou font une chute. Les dinosaures à leur époque, s’en servaient pour maintenir leur équilibre en courant, (et en sautant) comme illustré ci-dessous par le dinosaure «Deinonychus antirrhopus» étudié par Ostrom.

Lire la suite

Les gagnants du concours d’affiche du département GPA – automne 2011 à l’ÉTS de Montréal

Image provenant de http://farm8.staticflickr.com/

Des participants préparant leurs affiches.

À l’École de technologie supérieure (ÉTS) de Montréal, Québec, Canada, les étudiants de 1er cycle en génie doivent suivre un cours intitulé: «Projet de fin d’études» à la fin de leur programme d’études.

Sous la supervision d’un professeur, les étudiants, seuls ou en groupes, doivent réaliser un projet de conception en ingénierie, accompli selon un processus créateur et itératif qui repose sur les connaissances acquises en mathématiques, en sciences fondamentales, en sciences du génie et en études complémentaires. Le projet conduit à la présentation d’un rapport technique rédigé selon les normes professionnelles attendues pour un ingénieur professionnel. Le rapport doit faire l’objet d’une communication orale. Au département de génie de la production automatisée, les étudiants doivent de plus réaliser et présenter une affiche synthèse de leur projet.

Lire la suite

Capteurs et transistors en coton : à l’aube d’une révolution vestimentaire

Image provenant de http://www.dianaeng.com/

Actuellement, la seule façon d’ajouter des capteurs électroniques à une pièce de vêtements est de fabriquer le vêtement et d’ajouter ensuite les composantes électroniques requises. L’ajout de ces pièces électroniques présente de nombreux inconvénients : cette quincaillerie n’est pas vraiment flexible, non conçue pour être lavée, pour être repassée…  Réussir à introduire des composantes électroniques aux tissus permettrait de les rendre «intelligents», pouvant de cette façon transformer radicalement nos modes d’interaction homme – machine. Ce serait une véritable révolution dans le domaine de la mode vestimentaire, des vêtements de travail, des accessoires de bureau, de maison, etc.

Un groupe de chercheurs provenant de France, d’Italie et des États-Unis a possiblement trouvé LA SOLUTION pour rendre les tissus intelligents : ils ont conçu  un transistor fait de fibres de coton…

Lire la suite

K-MAX, le premier hélicoptère sans pilote autonome?

Image provenant de http://cdn.theatlantic.com/À quoi pourrait bien servir un hélicoptère sans pilote? En fait, à beaucoup de choses. En Afghanistan par exemple, il peut servir à ravitailler différents postes de mission sur un territoire donné sans nécessiter de pilote. Vous avez toutefois besoin d’un pilote à distance… Imaginez maintenant que cet hélicoptère drone soit autonome… sans même de pilote à distance… C’est ce qu’ont réussi à faire les ingénieurs de la compagnie Lockheed Martin avec l’hélicoptère K-Max, une conversion drone autonome (Unmanned Air Systems ou UAS) à partir d’un hélicoptère Karman K-Max fabriqué par la compagnie Kaman Aircraft.

Lire la suite